Accueil    Chroniques    Groupes    Concerts    Labels    Inscription    Forum    Staff    Liens  
Recherche : ok
    Login :    Pass :    
Chronique officielle  >  Eros Necropsique - Crises de Lucidité
Eros Necropsique - Crises de Lucidité

album Crises de Lucidité
groupe Eros Necropsique
label Adipocere
année 2003
style dark symphonique & poétique
lyrics indisponibles
site officiel  http://www.erosnecropsique.net



tracklist

1. Le commencement d'une fin
2. La fable du lisier
3. Le nécrophile
4. Reflets d'univers
5. Ce que charrie le flot de vie
6. La voix
7. La pluie d'or
8. Alcool

auteur Krohlig
date  23-03-2007

8.5/10

Cet album qui n’a failli pas voir le jour, sort en 2003 chez Adipocère Records. Troisième et dernier opus d’Eros Nécropsique, beaucoup plus travaillé que les précédents, bien que toujours aussi sombre et froid avec des ambiances majestueusement envoûtantes.
Les morceaux assez anciens – composés entre 1994 et 1998 – datent de près de dix car le disque était initialement prévu pour naître en 1998 – d’ailleurs la quasi-totalité des enregistrements est de cette époque hormis les voix féminines qui sont posées en 2003 – un problème entre le groupe et le label a retardé sa sortie d’environ cinq ans. Le principal c’est qu’il soit là !

Les membres sont en partie les mêmes. Toujours une basse (Cof), un clavier et un chant masculin (Olivier) qui récite ses textes dont les mots et expressions s’unissent par pénétration aussi facilement qu’un couple empli de désirs, sur fond de poésie moderne. Des arrangements vraiment bien trouvés, l’apparition parfois succinte de nouveaux instruments (guitare acoustique et percussions) et surtout la voix de Jeanne (chanteuse de « Tragos Adeïn »), douce comme une carresse ; ces nouveautés sont un plus en comparaison aux précédentes réalisations même si de grande qualité.
Le mélange des deux voix nous emporte dans d’autres mondes. Agrémenté des mélodies enchanteresses du clavier et bercé par les notes de basse qui coulent comme les larmes sur une joue ou le sang dans les veines. On s’envole sans conteste pour les ténèbres encore inexplorées de notre esprit. Quelques ambiances me rappellent les débuts de Dark Sanctuary, sûrement est-ce-dû au clavier et au chant féminin.
Tout l’album est somptueux, néanmoins j’ai un faible pour les quatre premiers titres ; encore plus particulièrement pour « Le commencement d’une fin » (dénonçant la naissance comme une condamnation à mort et accusant les égoïstes parents de meurtre) et « Le Nécrophile » (chanson la plus violente et la plus malsaine du cd dont le terme parle de lui-même).

On a longtemps attendu ce « Crises de lucidité » mais c’est pour mieux l’apprécier aujourd’hui. Envoûtant comme un tendre baiser, excitant comme une étreinte charnelle et froid comme un coeur mutilé qui murmure ses dernières louanges...

note des visiteurs
nombre de vote(s) 3

6.33/10





En ligne : 8 visiteurs, 0 membre
Blackhearts Domain © 2003 - 2017 MDCinq
Ce site ayant une vocation exclusivement musicale, les opinions politiques ou religieuses n'ont pas leur place ici. Merci.