Accueil    Chroniques    Groupes    Concerts    Labels    Inscription    Forum    Staff    Liens  
Recherche : ok
    Login :    Pass :    
Chronique officielle  >  Zebarges - Too Big For Love
Zebarges - Too Big For Love

album Too Big For Love
groupe Zebarges
label Auto Production
année 2007
style vlöbeurghhh metal
lyrics indisponibles



tracklist

1. Fait divers en été : 3 lignes en page 9 de l’Est-Eclair sous l’article du carambolage de la RN19
2. Un vrai métier
3. La véritable histoire de Jésus Cultosaure
4. Bucolique valse (la revanche de la vache folle)
5. Rédemption
6. JP2
7. P’tite pluie dorée (slove version)
8. Fafanarcho vs Anarfacho (même combat)
9. Les vacances à la mer : non merci.
10. L’toubib m’a dit
11. Une dernière quoi ?
12. The splendour of betrayer’s death
13. La chanson qui ne devait pas aller vite
14. Vivement novembre
15. Misanthrope ultime
16. Transit intestinal blues
17. La police des rêves
18. Autoportrait
19. Macho disco (fucking version)
20. Fils de pub
21. Too big for love

auteur Krohlig
date  24-04-2007

7.5/10

2007 : une année cruciale pour tout le monde ! Non pas parce qu’il y a les élections présidentielles mais parce que les fondus barjots de Zebarges reviennent pour, cette fois, nous présenter leur deuxième album « Too big for love… » - avec, au passage, un petit clin d’œil à Mötley Crue. Le disque le plus long de leur discographie (attention ça ne rigole plus chez les barges troyens) avec 21 titres, 40min de zik déjantée, de dépaysement total. Inclus également le clip vidéo de « Spectateur Télécommandé » (disponible sur le premier album) que France 3 a diffusé, il y a quelques mois, dans son émission « Autrement y a la mer ». Toujours un chant, une basse et une boîte à rythmes… mais comme il y a que les cons qui ne changent jamais d’avis, Zebarges a délaissé sur deux morceaux sa légendaire basse saturées au profit d’une guitare ! Petite révolution et non des moindre puisqu’au commencement le duo affirmait que jamais il n’y aurait de guitare dans leur groupe, c’était la basse et la boîte à rythmes comme seule musique, point. Le premier des deux morceaux à la six cordes dont le titre, assez explicite (« Fafanarcho vs Anarfacho (même combat) »), explique les similitudes des extrêmes politiques sur des notes aux influences punk ; le deuxième est en fait un morceau acoustique, assez déroutant (je n'en dit pas plus - découvrez le par vous-même) intilué « La police des rêves ».

Les nouveaux morceaux de ce « new barge cd », pour ne pas changer, alternent entre délires et noires réflexions. Personnellement je trouve ce nouveau Zebarges assez sombre - malgré les quelques passages « cartoonesques » (cf. « Bucolique valse ») néanmoins sérieux dans le fond - avec des titres tels que « Fait divers… », « Rédemption » (mon préféré !!! dans la lignée de « Prière » de la 1ère démo), « Une dernière quoi ? », « The splendour of betrayer’s death » (reprise du groupe de black metal troyen S.A.H.A.R.), « Misanthrope ultime », « La police des rêves », « Autoportrait ». Comme d’habitude ils profitent de leur musique décalée pour peindre un noir tableau de notre société avec ses failles et ses limites (« Fafanarcho vs Anarfacho », « Les vacances à la mer : non merci. », « Macho disco » (réenregistré et légèrement réarrangé depuis leur 1ère démo « De Troyes Rock City »), « Fils de pub » (disponible en titre live sur leur 2ème démo « Diary of a bargeman »)… L'alcool est bien sûr toujours à l’honneur (« Un vrai métier », « Vivement Novembre »), de même que la religion (« La véritable histoire de Jésus Cultosaure » (point de vue personnel sur les prémices du christianisme), « JP2 » (reprise du groupe « Les Collabos ») et bien évidemment l’éternel « pipi caca quéquette » (« P’tite pluie dorée » (réenregistré et réarrangé depuis le précédent album « Putain d’Metal »), « L’toubib m’a dit » (merci Coluche !), « Transit intestinal blues », « Too big for love » (texte totalement improvisé mais néanmoins excellent).

Les sources d’inspiration de Zebarges n’ont pas vraiment changé mais on peut dire que le groupe a bien mûrit en 3 ans. En plus tout le monde en prend plein la gueule, ça claque bien… que dire d’autre ? Juste que j’espère qu’ils ne s’arrêteront pas de si tôt !
Je sais que musicalement ça peut en dérouter (voire en dégoûter) certains mais ça n’empêche que leurs titres méritent une attention particulière de la part des auditeurs. Si vous ne connaissez pas, découvrez ce groupe sans plus tarder. Sûr qu’il en vaut la peine !





En ligne : 3 visiteurs, 0 membre
Blackhearts Domain © 2003 - 2017 MDCinq
Ce site ayant une vocation exclusivement musicale, les opinions politiques ou religieuses n'ont pas leur place ici. Merci.