Accueil    Chroniques    Groupes    Concerts    Labels    Inscription    Forum    Staff    Liens  
Recherche : ok
    Login :    Pass :    
Chronique officielle  >  Regurgitate - Sickening Bliss
Regurgitate - Sickening Bliss

album Sickening Bliss
groupe Regurgitate
label Relapse Records
année 2006
style grind
lyrics indisponibles
site officiel  http://www.regurgitate.net/



tracklist

1. Bliss (intro)
2. Abducens eminence
3. Euphoric state of butchery
4. Coccoon of filth
5. Putrid serenity
6. Tenderizing the malformed
7. Violent necrophilic climax
8. Cavernous sores
9. Reborn in latrinic ecstacy
10. Bleed on me
11. Gutrot hogfrenzy
12. Undying lust for cadaverous molestation
13. Battered with a brick
14. Devoured by ghouls
15. Addiction (an unconditional love for blasphemous perversions)
16. (We are) sadistic hateful scum
17. Worm eater
18. Perish in blood
19. Upheaveal of human entrails
20. Bathed in feculence
21. Bestial sons of devastation
22. Defile
23. Deterioration of grated genitals
24. Excremental ingestment
25. Hacksaw hysterectomy
26. Catatonic possession

auteur Tomnet
date  07-01-2007

8/10

Trois ans après leur dernier effort «Deviant», Regurgitate nous revient enfin en 2006 avec ce nouvel album : Sickening Bliss. Ne vous fiez pas à la pochette plus «cool» le groupe n'ayant pas changé pour autant, Sickening Bliss reste fidèle à ses prédécesseurs, un pur cocktail de gore assaisonné comme il le faut à la sauce grind.

Si Deviant ne m'avait pas vraiment accroché, ce Sickening Bliss m'a pour beaucoup remis d'accord avec le groupe. Des titres plus accrocheurs, plus simples, et toujours aussi directs. Le son quand à lui s'affaiblit un poil, plus raw, plus old school quitte à revenir à quelque chose qui rappelle leur début. En effet, niveau voix, on entend nettement plus de cris accouplés à la voix gore. Le groupe délaisse un peu les couloirs du grindgore pour du grindcore et revenir à quelque chose de plus direct à la Napalm Death, Nasum, et indéniablement on pense à du Carcass avec ce son si groovy sur «Symphonies Of Sickness».
En terme de brutalité ici, mise à part la voix, les compos se font plus posées et variées, laissant place à des passages plus «punks», violents certes, mais largement entrecoupés de passages plus clairs.
Nettement plus accessible donc, il n'en reste pas moins un bon succès pour les fans.

26 chansons pour 36 minutes, définitivement la façon de classer un album de ces suèdois (quantité/durée), un album à écouter d'une traite pour les vrais puristes du genre, que l'on range ensuite et que l'on ressort juste quand on a envie de se défouler pour les autres.





En ligne : 10 visiteurs, 0 membre
Blackhearts Domain © 2003 - 2017 MDCinq
Ce site ayant une vocation exclusivement musicale, les opinions politiques ou religieuses n'ont pas leur place ici. Merci.